segunda-feira, 25 de abril de 2016


FAUT-IL AVOUER UNE INFIDÉLITÉ ?
 



Vous avez franchi la ligne rouge, vous l'avez trompé. Fasse à votre culpabilité, vous ne savez plus quoi faire. Jouer la carte de la sincérité et tout avouer ou garder sous silence la trahison ? Réfléchissez bien avant de prendre une décision qui pourrait tout bouleverser.


1- Faute avouée faute à moitié pardonnée ?

Si l'on en croit une étude menée par le magazine "Journal of Social and Personal Relationships" et publiée en 2011, le taux de séparation varierait selon la façon dont l'adultère est découvert. Il serait de 85 % si la personne infidèle est découverte par son partenaire, de 70 % si l'infidélité est révélée par une personne extérieure au couple, et chuterait à 45 % si la personne infidèle avoue elle-même son infidélité. Visiblement, la sincérité serait un gage de culpabilité pour la personne trompée. Bon, il vous reste quand même presque une chance sur deux de vous faire larguer...

2- C'était juste une erreur d'un soir

Vous ne comprenez pas ce qui vous a pris. Pas de doute votre conjoint vous l'aimez à la folie, mais ce soir-là, vous avez cédé à une pulsion. Un jeu de séduction en entraînant un autre vous avez dépassé les limites interdites. Si vous n'avez absolument pas l'intention de revoir cette personne, un conseil, ne dites rien à votre conjoint. Pourquoi gâcher une vie de couple, voir même une vie de famille qui vous rend heureuse pour une erreur d'un soir ? Ok, la sincérité c'est important dans un couple mais mieux vaut garder votre culpabilité pour vous et ainsi éviter de faire du mal à votre compagnon. Selon le psychothérapeute David Goulois,"mieux vaut se ressaisir et se concentrer sur l’essentiel : son couple et sa famille. Par contre s’il s’agit de relations sans lendemain qui se répètent dans le temps, cela demande que vous réfléchissiez sur vous-même et votre couple".

3- Je l'ai trompé parce que notre couple bas de l'aile

Lui avouer votre erreur pourrait bien mettre le point final à votre histoire n'oubliez pas ça. Mais selon Alice de Lara conseillère conjugale et familiale interviewée par "L'Express Styles", avouer peut aussi avoir "l'avantage de réfléchir à cette situation de crise, de considérer cette infidélité comme un signal d'alarme, la preuve que quelque chose ne fonctionne pas dans le couple".L'adultère pourra alors être vécu comme un électrochoc plus que comme une trahison. Avoir flirté avec l'interdit en prenant le risque de le perdre vous fera peut-être prendre conscience de l'amour que vous avez pour lui et de la douleur que représenterait le fait de le perdre.

4- Je ne peux plus supporter la culpabilité

Quand il vous sourit, quand il vous fait des cadeaux, et même quand vous faites l'amour, la culpabilité de l'avoir trompé vous ronge. Selon Alice de Lara, "Libérer sa conscience, c'est un peu facile. C'est une façon de se dédouaner et de faire endurer à l'autre ce poids que l'onn'arrive plus à porter." De plus, selon Caroline Draussin interviewée par le site "ma vie en mieux", la culpabilité est souvent un sentiment plus égoïste qu'altruiste, "la trahison nous renvoie une image négative de nous-mêmes et nous cherchons à tout prix à nous racheter de notre « faute ». Le fait de se soucier du bien de l'autre est censé venir redorer notre blason."Si vous ne pouvez vraiment plus vivre avec cette trahison sur la conscience, avouez-lui la vérité, mais pas tout. On oublie les détails, c'est inutile et ça le ferait doublement souffrir.Cependant n'oubliez pas qu'une confiance brisée ne se répare jamais vraiment.



5- Je vais le quitter

Selon Caroline Draussin, psychologue du développement, la vraie question est plus, "Pourquoi lui dire ?". Si cette infidélité vous a fait prendre conscience qu'il valait mieux mettre un terme à votre couple, inutile de lui envoyer en pleine face votre tromperie. Pourquoi le faire souffrir pour rien ? De toute manière votre décision est prise, lui et vous c'est terminé !

Par Camille Moreau
 MARIE CLAIRE


A minha opinião é não confessar a traição e terminar a relação. Não ia conseguir viver com o sentimento de culpa.