quarta-feira, 17 de fevereiro de 2016

LARMES


Mon frère
Tu as les yeux bridés
Les cheveux roux
Une oreille noire
Une oreille blanche
Le corps violine.

Tu es mon frère
Et les pierres pointues
Que l’on se jette
Par les regards
Et par les mots
Percent mes joues
Et font couler les larmes
De l’arc-en-ciel.

François David.


« Extrait de « Je rêve le monde, assis sur un vieux crocodile »





Philosophie-Poeme