sexta-feira, 8 de janeiro de 2016

UN MONDE QUI N'A PAS DE SENS


Lorsque j’étais petite, je ne comprenais pas les religieuses priant pour la sauvegarde du monde du fin fond de leur couvent ; je me disais qu’elles seraient plus efficaces sur le terrain, à creuser des puits*.

En grandissant, j’ai réalisé que chacun fait ce qu’il peut, à sa façon.

Depuis le 13 novembre dernier, je fabrique chaque jour une prière païenne avec des bouts de ficelle, du fin fond de mon atelier.

Des capteurs de rêves pour brûler les cauchemars de ceux qui souffrent.

Un geste dérisoire pour un monde qui n’a pas de sens : ça se tient.




Calirezo.com.