quarta-feira, 30 de setembro de 2015

La richesse de Churchill





“Tu dis que j’ai enrichi ta vie.


Winston et Clémentine Churchill se sont mariés en 1908 et ne se sont dès lors plus jamais quittés. Plus de vingt ans après, l’amour que porte Churchill à sa femme est indiscutable. Alors que Clémentine voyage en bateau en Asie du sud-est, Winston ne cesse de lui envoyer de tendres lettres d’amour. Cette déclaration bien que mesurée, prouve toute la sincérité de l’homme politique envers sa chère et tendre.



23 janvier 1935

Ma chère Clemmie, dans ta lettre de Madras tu as écrit quelques mots qui me sont très chers, quand tu dis que j’ai enrichi ta vie. Je ne peux pas te dire le plaisir que cela m’a donné, parce que j’ai toujours l’impression de t’être exceptionnellement redevable, s’il est possible de faire des comptes en amour… Ce que cela a représenté pour moi, de vivre toutes ces années dans ton cœur et en ta compagnie, aucun mot ne peut le transcrire.

Le temps passe doucement, mais n’est-ce pas merveilleux de voir combien le trésor que nous avons amassé ensemble est grand et toujours en expansion, au milieu des orages et des tensions de tant d’années riches en événements et tragiques et terribles pour des millions de personnes ?

Ton mari aimant